Pyomètre chez la chienne et la chatte : les antibiotiques seuls ne seront JAMAIS suffisant

J’entends souvent des histoires de pyomètres qui ont été traités avec succès sur des chiennes et chattes de reproduction UNIQUEMENT avec des antibiotiques. Comme je le dis souvent, « tout est possible en biologie ». Mais dans ces cas particuliers, la vérité est que, si tel est le cas, hautement improbable que ce soit réellement un pyomètre que l’on ait traité…

Pyomètre: pas uniquement un problème bactérien

 

De façon littérale, pyomètre = pus dans l’utérus. Aucun doute donc sur le fait qu’il s’agisse d’une infection bactérienne… mais ces bactéries n’agissent pour autant pas seules ! Le pyomètre est ce qu’on l’on appelle une maladie liée à « l’imprégnation de progestérone ». Celui-ci survient dans les deux mois qui suivent l’ovulation chez la chienne et la chatte, quand leurs ovaires produisent essentiellement cette dite hormone. Un des effets de la progestérone est en effet de bloquer les contractions de l’utérus, si bien que si une infection est en train de s’y développer, le pus qui en résulte peut alors s’y accumuler. Un pyomètre au sens strict ne se produira pas après la mise-bas (puisqu’alors, il n’y a plus de progestérone). Si vous voyez des pertes purulentes chez une chienne/une chatte après la parturition, il est plus probable que ce soit ce qu’on l’on appelle une métrite post-partum, affection pour le coup totalement différente.

Vous comprenez maintenant que le pyomètre est une combinaison de deux facteurs (bactéries + hormones) qui conduisent au développement de la maladie. Les antibiotiques peuvent aider à limiter le développement des bactéries certes, mais ne parviendront jamais à éliminer l’influence hormonale qui participe à son développement…

Quelle solution du coup ?

 

Bonne nouvelle: nous avons aujourd’hui en médecine vétérinaire des alternatives médicales qui prendront en compte aussi bien la partie infectieuse que la partie hormonale. Le pyomètre n’est plus aujourd’hui systématiquement synonyme de la fin de la carrière reproductrice. Ces traitements sont non seulement efficaces, mais permettent en plus de conserver le potentiel reproducteur des individus. Pour vous en convaincre, regarder les résultats de l’étude que nous avions menée il y a quelques années sur le sujet.

 

Doit-on ou pas utiliser le traitement médical?

 

C’est en fait là toute la question. Le traitement médical est une excellente option (nous pouvons également aujourd’hui utiliser le TECT, voir mon post à ce sujet), mais pas sûr que ce soit la meilleure solution pour chaque cas qui se présente. Il est important pour le coup de toujours en discuter avec votre vétérinaire pour prendre la meilleure décision. Cependant, si l’animal qui présente un pyomètre est un sujet à haute valeur génétique pour votre programme d’élevage, il est bon de savoir que des alternatives médicales sont disponibles et efficaces.

Une chose à garder à l’esprit cependant: le traitement médical n’empêche malheureusement pas la maladie de récidiver aux chaleurs suivantes : c’est quelque chose qui est observé chez près de 20% des femelles traitées médicalement. C’est pourquoi après ce type de traitement, il est toujours recommandé de remettre l’animal à la reproduction aux chaleurs suivantes. Comme mon ancien chef de service disait toujours : « pour prévenir les récidives de pyomètre, la gestation reste la meilleure solution. »

Pour plus d'infos, n'hésitez pas à visionner la vidéo de notre dernier webinar sur les maladies utérines chez la chienne:

"On gagne toujours à investir dans le savoir.“ Benjamin Franklin. Si ce post vous a plu, partagez-le ! Cela permettra de diffuser l’information au sein de notre communauté PRO! Et restez en contact avec nous pour recevoir toutes nos dernières publications. Pour cela il suffit de cliquer sur une des icônes ci-dessous !

Vues : 2759

Commenter

Vous devez être membre de Club Éleveurs pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Club Éleveurs

Commentaire de Emmanuel Service Technique PRO le 20 août 2018 à 13:37

Bonjour, je viens de voir votre commentaire. Les antibiotiques qui étaient utilisés ici étaient de la famille des cephalosporines. 

Commentaire de Hugo s le 18 août 2018 à 10:31

Quel est l’antibiotique utiliser dans l’etude ?

Commentaire de Hugo s le 18 août 2018 à 10:28

Quel est l’antibiotique utiliser dans l’etude ?

Évènements

KNOWLEDGE PORTAL

© 2019   Créé par Royal Canin Canada   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation