Parasitologie, chiens de travail & néonatalogie : mon premier jour à la NAVC

Cest aujourd’hui qu’a débuté le congrès 2016 de la NAVC (North American Veterinary Conferences). J’adore y assister et ce pour deux raisons : 1/ elle se déroule à Orlando et au mois de janvier, toutes les excuses sont bons pour y migrer (surtout quand on vit en Ontario !) 2/ l’experience éducative est unique et permet d’apprendre beaucoup sur ces sujets qui me tiennent à cœur en médecine vétérinaire. Pour le coup, quelle meilleure façon de démarrer l’année ?

 

Aujourd’hui j’ai ainsi assisté à différentes présentations ayant trait à la parasitologie, les chiens de travail et la néonatalogie. Ci-dessous mes 10 points-clés de la journée qu’il me semble important de partager avec notre communauté en ligne !

 

Sur les infections par des protozoaires chez le chien et le chat

 

#1  Jusqu’à 30% des chats de race aux Etats-Unis sont considérés comme infectés par Tritrichomonas foetus ;

 

#2 Tritrichomonas foetus peut survivre jusqu’à 7 jours dans les selles humides : par consequent, hors de question de laisser un chat malade partager sa litière avec un autre !

 

#3 Ne jamais négligez les techniques de prélèvement. Une chose à garder en tête par exemple : la réfrigération détruit les trichomonas. En fonction de la technique diagnostique choisie pour le coup, des faux négatifs pourraient alors survenir !

 

#4 Il existe des souches de Tritrichomonas Foestus résistantes au traitement medical. Et actuellement, peu de choses peuvent être proposées dans ce genre de situation… Les symptômes peuvent disparaître d’eux même mais parfois cela pourra prendre jusqu’à 2 ans…

 

#5 Lors d’infections par des protozoaires, il y a possibilité de voir apparaître une inflammation de l’intestin post-infection :  les symptômes peuvent ainsi persister pendant des mois et ce malgré l’élimination de la cause infectieuse d’origine ;

 

Sur les chiens de travail

 

#6 Le plus gros problème rapporté chez les chiens de travail : les coupures et blessures. Les problèmes respiratoires sont plutôt limités au contraire de ce que l’on pourrait penser pour des animaux travaillant si près du sol.

 

#7 Forme physique = capacité à realiser des performances. Ce n’est pas seulement une question de santé des os et des articulations. Il y a aussi des éléments cardio-vasculaires, mais aussi mentaux à prendre en compte. Aucun doute : un chien bien dans sa tête est un chien qui travaille mieux ;

#8 Travailler en s’amusant ! L’entraînement des chiots peut commencer très tôt, dès 8 semaines ! On propose alors aux chiots des jeux simples, qui vont allez en se complexifiant au fur et à mesure de leur croissance ;

 

#9 Ne pas oublier l’importance de rester mobile pour les chiens de travail : si un harnais est utilisé, celui-ci doit permet au chien de garder une certaine liberté de mouvement. Plus facile à dire qu’à faire souvent mais c’est quelque chose qui dans bien des cas peut prévenir les blessures ;

#10 La routine du chien de travail : l’échauffement avant exercise est important mais après celui-ci, ne pas oublier de s’étirer également !

 

"On gagne toujours à investir dans le savoir.“ Benjamin Franklin. Si ce post vous a plu, partagez-le ! Cela permettra de diffuser l’information au sein de notre communauté PRO! Et restez en contact avec nous pour recevoir toutes nos dernières publications. Pour cela il suffit de cliquer sur une des icônes ci-dessous !

Vues : 104

Commenter

Vous devez être membre de Club Éleveurs pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Club Éleveurs

Évènements

KNOWLEDGE PORTAL

© 2019   Créé par Royal Canin Canada   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation