La vérité sur les "chaleurs silencieuses" chez la chienne : ce que tout éleveur doit savoir (Part I)

Avez-vous déjà entendu parler de "chaleurs silencieuses" ? Ou de "fausses chaleurs"? Ces termes sont synonymes et décrivent une condition qui, bien que loin d'être rare chez la chienne reproductrice, soulève très souvent bon nombre de questions au sein de la communauté d'éleveurs. Comme vous l'avez probablement remarqué si vous suivez mon blog, je suis un adepte de la maxime "Mieux vaut prévenir que guérir". Dans ce cas précis, je pense que mieux vous connaissez ce problème, mieux vous saurez comment y réagir si vous y êtes confrontés dans le futur. Je vois en effet souvent passer des questions à ce sujet sur les forums d'éleveurs. Aussi, voici les 20 points qu'il me semble important que tout éleveur canin ait en tête au sujet des "chaleurs silencieuses" chez la chienne. 

 

#1 Commençons par une définition : chaleurs silencieuses = chaleurs qui passent totalement inaperçues aux yeux du propriétaire de la chienne. Ce qui veut tout simplement dire qu'il n'y a aucun signe clinique qui laisse penser que la chienne soit actuellement en chaleurs. Pas de pertes de sang, pas de gonflement vulvaire, pas de modifications de comportement... Absolument rien ! 

 

#2 Ok, il n'y a pas de signes externes mais à l'évidence il doit bien se passer quelque chose - sinon pourquoi les appellerions-nous "chaleurs silencieuses" ? Il y a en effet une activité ovarienne. Des follicules vont se développer à la surface des ovaires, l'ovulation va se produire... C'est comme un cycle normal à l'exception qu'il n'y a aucun signe externe qui vous indique ce qui se passe en fait. 

 

#3 Je me fais parfois dire que les chaleurs silencieuses ne sont un problème que pour les éleveurs qui ne possèdent que des femelles. Parce que si vous avez des mâles également, "ils sauront vous dire que quelque chose est en train de se produire". Sûr de ça ? Malheureusement, la réalité est toute autre... Quand on a à faire avec des chaleurs silencieuses, il n'est pas rare que celles-ci passent totalement inaperçues aux yeux du mâle également... Mon conseil ici : ne vous fiez pas trop à eux dans ce contexte, car il est possible que vous soyez déçu ! 

 

#4 Alors quand suspecter des chaleurs silencieuses ? En reproduction canine, c'est toujours quelque chose à considérer quand la chienne a plus de 2 mois de retard sur la date à laquelle ses chaleurs étaient prévues. 

 

#5 C'est quelque chose qu'en médecine vétérinaire nous appelons "anoestrus prolongé" (= absence de chaleurs pendant une période plus longue que prévue). 

 

#6 Attention cependant : un anoestrus prolongé n'est pas systématiquement synonyme de chaleurs silencieuses. Il y a d'autres causes potentielles qui entrent dans le diagostic différentiel. Les kystes ovariens en particulier, seront ici à considérer. 

 

#7 Quelque chose qu'il faut garder à l'esprit pour le coup : un kyste ovarien ne signifie pas systématiquement un intervalle plus court entre chaleurs. Ceux-ci doivent en fait être considérés à chaque fois que des modifications de l'intervalle entre chaleurs sont observées. 

 

#8 Règle d'or en élevage canin : toujours noter les dates à laquelle votre chienne reproductrice a ses chaleurs et calculer l'intervalle séparant celles-ci. Régularité est ici de mise. 

 

#9 Régularité ne veut cependant pas dire ici que la chienne doit être cyclée comme une horloge. De nombreux facteurs influencent l'entrée en chaleurs chez la chienne, et certains d'entre eux restent mal connues et en dehors de tout contrôle. Chez la chienne, on tolère généralement jusqu'à 2 mois de variation sur l'intervalle normal entre chaleurs.

 

#10 Comme dit plus haut, les kystes ovariens doivent toujours faire partie du diagnostic différentiel quand on a à faire à un anoestrus prolongé. Il est important de confirmer leur présence - ou leur absence. La meilleure façon de le faire : faire réaliser une échographie de l'appareil génital, se focalisant sur l'utérus et bien évidemment les ovaires. 

C'est tout pour aujourd'hui, la suite dans notre Part II bientôt en ligne ! Restez connectés pour ne rien manquer ! 

"On gagne toujours à investir dans le savoir.“ Benjamin Franklin. Si ce post vous a plu, partagez-le ! Cela permettra de diffuser l’information au sein de notre communauté PRO! Et restez en contact avec nous pour recevoir toutes nos dernières publications. Pour cela il suffit de cliquer sur une des icônes ci-dessous !

Vues : 3956

Commenter

Vous devez être membre de Club Éleveurs pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Club Éleveurs

Commentaire de Emmanuel Service Technique PRO le 14 juillet 2015 à 11:05

Dans certains cas effectivement le mâle arrivera à saillir la femelle. C'est plus compliqué mais cela reste possible. Si jamais ça ne se faisait pas cependant, je recommanderai d'opter pour insémination artificielle qui sera alors la solution la plus sûre. 

Commentaire de Pixel et compagnie le 14 juillet 2015 à 6:45

Lorsque ces chaleurs silencieuses ont lieux est-ce que le mâle peu accoupler pareil même si aucun gonflement, puisqu'il y a ovulation? 

Évènements

KNOWLEDGE PORTAL

© 2019   Créé par Royal Canin Canada   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation