Giardia duodenalis: choses Importantes à savoir sur le sujet!

Dernièrement, j’ai eu plusieurs discussions avec nos éleveurs partenaires au sujet de la giardiose, que ce soit en chenil ou en chatterie. Je dois bien avouer que les Giardias, qui sont des parasites intestinaux microscopiques responsables de la maladie, font partie des pathogènes les plus compliqués à combattre dans une collectivité canine/féline. Pourquoi ? Trois raisons pour l’expliquer : 1/ Les kystes de Giardia excrétés par les chiens et chats infectés sont très résistants dans l’environnement, pouvant survivre de quelques jours à quelques mois 2/ le pouvoir infectieux de ces kystes est très élevé et 3/il n’y a malheureusement aucun traitement médical à l’heure actuelle 100% efficace…

Voici donc 5 choses essentielles à connaître sur le sujet :

-          Rappelez-vous de ces données épidémiologiques: les Giardias sont extrêmement fréquentes chez les chiens et chats, environ 10% des chiens, 30-50% des chiots et près de 100% des chenils hébergeraient ce parasite ! Dans l’espèce féline, des chiffres similaires sont évoqués ! Néanmoins pas de panique car la plupart de ces individus sont asymptomatiques.

-          Sachez quand suspecter la maladie: les Giardias sont des parasites digestifs, une diarrhée aigüe survient généralement chez les chiots et les chatons, surtout au moment du sevrage. Chez certains individus, la diarrhée peut parfois avoir tendance à virer à la chronicité. Les fèces sont généralement pales, malodorants et prennent une couleur jaune-paille,car le parasite perturbe l’absorption des lipides. Dans les chenils affectés, il n’est pas rare que de la coprophagie soit également observée. Quelque chose d’autre à garder à l’esprit : certaines souches de Giardia ont un caractère zoonotique : chez un être humain infecté, les mêmes symptômes peuvent être rapportés !  

-          Un traitement spécifique est requis : les protocoles de vermifugation classiques ne seront pas efficaces et pour compliquer les choses, certaines souches du parasite tendent à présenter des résistances à certains des traitements utilisés… Un diagnostic précis est par conséquent requis, surtout lorsque des cas de diarrhées de sevrage sur les chiots ou les chatons sont rapportées. Bonne nouvelle, nous avons désormais des outils diagnostiques fiables, parlez-en à votre vétérinaire pour mettre en place la procédure la plus adaptée pour votre structure !

-          Les kystes de Giardia sont très résistants dans l’environnement et sont hautement infectieux (je pense l’avoir déjà dit mais c’est vraiment LA chose à retenir de ce parasite !) : aussi l’environnement doit-il être traité de façon appropriée. Il faut bien être conscient que parfois, un animal qui vient d’être traité peut immédiatement se réinfecter ! En particulier chez les chiots et les chatons, il n’est pas rare que des signes cliniques ressurgissent dès l’arrêt du traitement à cause de ces potentielles recontaminations !  Un protocole de nettoyage et désinfection (voir ce post sur le sujet) adapté doit être réalisé et surtout, des désinfectants spécifiques doivent être utilisés (je recommande généralement dans ce cadre l’utilisation d’ammoniums quaternaires ou d’eau de Javel). La vapeur d’eau surchauffée est également une très bonne alternative qui peut également détruire les kystes dans l’environnement. La giardiose peut être transmise par l’eau de boisson si celle-ci est souillée par des matières fécales contaminées : l’hygiène des bols doit également être une priorité !

-          Les animaux peuvent porter passivement des kystes de Giardia sur leur pelage. Des bains avec un bon shampoing puis l’utilisation d’un désinfectant type eau de Javel diluée/ammoniums quaternaires ou même chlorhexidine sont recommandés sur les animaux infectés. C’est une mesure importante pour éviter que ces kystes infectieux soient disséminés dans toute la collectivité.

 

Comme vous le comprenez, face à la giardiose, la priorité reste la façon dont vous approchez l’hygiène de votre structure. Un protocole nettoyage-désinfection en deux étapes s’impose ici et représente la meilleure arme à votre disposition pour contrôler l’affection. Nous l’avons également évoqué dans notre dernier post mais sur les chiots au sevrage, pour limiter les risques liés à la maladie, une gestion nutritionnelle appropriée s’impose également de fait! D’autres questions sur les Giardias ? N’hésitez pas, posez les ici !

Nous sommes tous membres à part entière de cette communauté PRO que nous essayons de bâtir ! Aussi n’hésitez pas : partagez vos expériences, posez nous vos questions et donnez votre avis ! Les réseaux sociaux permettent aujourd’hui que la discussion continue, aussi que vous soyez accro à Facebook ou fan de Twitter, vous pouvez –et devriez !- en faire partie !

Vues : 2098

Commenter

Vous devez être membre de Club Éleveurs pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Club Éleveurs

Évènements

août 2019
DLMMJVS
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
       

KNOWLEDGE PORTAL

© 2019   Créé par Royal Canin Canada   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation