FIV : les choses à savoir pour protéger votre chatterie

Peut-être  vous demandez-vous si, actuellement, vous devez toujours tester vos chats pour le virus de l’immunodéficience feline, plus connu sous le nom de FIV? Eh bien, élément important à garder à l’esprit, ce virus est, au Canada, toujours bien présent dans les populations félines (sa séroprévalence varie en fonction des provinces, voir notre carte ci-dessous). A mon sens, c’est une raison suffisante pour que le dépistage ne soit pas abandonné ! Et pour être mieux préparé, voici des éléments importants que chaque éleveur devrait avoir à l’esprit quand il s’agit du FIV :

- Le FIV se transmet principalement par morsure: les chats d’extérieur présentent automatiquement un risque accru et ne devraient du coup pas être en contact avec les animaux destinés à l’élevage.

- Dans des conditions expérimentales, le virus peut aussi se transmettre durant la gestation ou par le lait de la mère à ses petits. L’infection durant la saillie, même si rare, semble également possible. On comprend aisément que les risques de propagation ne sont pas négligeables du coup si le virus s’introduit malheureusement dans la chatterie.

- Le virus est peu resistant dans l’environnment et facilement inactivé. Un bon savon seul peut suffire, nul besoin de désinfectant spécifique. Comme toujours cependant, une bonne hygiène de la chatterie reste bien évidemment un pré-requis.

- La meilleure façon de protéger votre structure reste de tester tout nouvel arrivant avant de l’introduire au milieu de votre effectif.  Les tests de routine utilisés en clinique vétérinaire sont très fiables en termes de diagnostic. Ceux-ci détectent des anticorps et la plupart des chats en produiront dans les 60 jours qui suivent l’infection. Si vous avez affaire à un chat dont l’origine est inconnue, il est toujours préférable de refaire un test 60 jours après le premier pour du coup confirmer le diagnostic.

- Autre précaution essentielle avant d’introduire un nouvel animal dans la chatterie : la réalisation d’une quarantaine pour confirmer son état de santé est une étape qui doit s’imposer.

- Un vaccin est disponible en Amérique du Nord. Cependant il n’est pas recommandé de l’utiliser chez des chats reproducteurs.  La vaccination entraînera en effet la production d’anticorps, il ne sera alors plus possible de faire la distinction entre les animaux vaccinés et ceux qui sont infectés ! Et dans certains cas, jusqu’à 9 ans après la vaccination initiale, cette positivité peut être conservé.

- Les chats infectés par le FIV devraient être stérilisés pour diminuer les risques de bagarres et du coup les risques de transmission. S’il n’y a pas d’agression, le risque de transmission entre les chats vivants ensemble semble faible, mais pas nul. Des individus FIV positifs ne doivent donc pas être hébergés avec des animaux reproducteurs.

- Plusieurs études montrent que l’infection par le FIV ne semble pas impacter la durée de vie de façon significative : l’euthanasie d’un animal positif n’est donc pas une priorité, ces chats peuvent être placés dans des maisons d’accueil où ils pourront continuer à vivre sereinement parfois pendant de nombreuses années.

Prévalence du FIV au Canada, d’aprèsLittle et al 2009 (lire l’article original ici)

Nous sommes tous membres à part entière de cette communauté PRO que nous essayons de bâtir ! Aussi n’hésitez pas : partagez vos expériences, posez nous vos questions et donnez votre avis ! Les réseaux sociaux permettent aujourd’hui que la discussion continue, aussi que vous soyez accro à Facebook ou fan de Twitter, vous pouvez –et devriez !- en faire partie !

Vues : 331

Commenter

Vous devez être membre de Club Éleveurs pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Club Éleveurs

Évènements

KNOWLEDGE PORTAL

© 2020   Créé par Royal Canin Canada   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation