Doit-on avoir peur des coccidies en élevage canin et félin ? ( Part III )

Pfiou, on peut dire que j’ai été très occupé ces dernières semaines ! Je n’ai cependant pas perdu de vue qu’il me restait un dernier blog à écrire sur la coccidiose en élevage canin et félin. Je me suis donc réservé une plage horaire aujourd’hui pour mettre par écrit le dernier chapitre de cette série. Si vous avez manqué les deux premiers blogs ne vous inquiétez pas : vous pouvez les retrouver ici Part I & Part II 

 

Sans plus attendre, plongeons-nous dans ce que les éleveurs doivent savoir pour prévenir la coccidiose en chenil et chatterie ! 

 

#1 La coccidiose est un problème souvent rencontré lorsque les protocoles d’hygiène ne sont pas complètement maîtrisés. Mots-clés à retenir ici : HYGIENE, NETTOYAGE, DESINFECTION, PROCEDURES. Des concepts essentiels en chenil et chatterie. Dont l’importance est souvent sous-estimée malheureusement. Pour éviter les erreurs, il est important pour vous de bien comprendre la différence fondamentale entre NETTOYAGE et DESINFECTION. Plus à ce sujet ici 

 

#2 Et pour bien illustrer l’importance des mesures d’hygiène : des études expérimentales ont montré que les signes de diarrhées liés à la coccidiose ne surviennent que si une très grande quantité d’ookystes (rappelez-vous, LA forme résistante des coccidies dans l’environnement) est ingérée par des individus immuno-déprimés ou des chiots/chatons. 

 

#3 Les kystes de coccidie ont besoin de passer un certain temps dans l’environnement (celui-ci dépend de la température et de l’humidité ambiante, en moyenne 5-8 jours) avant d’être capable d’infecter de nouveaux individus. Une solution simple pour le coup pour briser leur cycle ? Ramasser les crottes. Quotidiennement. C’est là la pierre d’angle du plan de protection de votre structure.  

 

#4 Ramasser les crottes est toujours la première étape du protocole de nettoyage-désinfection. Celui-ci ne s’arrête pas là pour autant. Un bon nettoyage - car même si vous ne le voyez pas, il reste toujours quelque chose - suivi d’une bonne désinfection devront toujours faire suite au ramassage. 

 

#5 Et quelque chose d’important à savoir ici : les kystes de coccidie, c’est du COSTAUD ! La plupart des désinfectants « classiques »  (comme l’eau de Javel et les ammoniums quaternaires) ne seront PAS efficaces. Regardez notre tableau pour vous en convaincre.

 

#6 Nous venons juste de l’écrire mais c’est important : l’eau de Javel - souvent utilisée en chenil et chatterie pour la désinfection - n’est pas efficace sur les kystes de coccidie. Mais il y a pire… L’eau de Javel peut en effet accélérer la sporulation des kystes de cocufies (comprenez qu’ils deviennent infectants plus rapidement). C’est pour cela que quand une coccidiose est confirmée, il est TOUJOURS important de revisiter son protocole de nettoyage-désinfection. 

 

#7 Pour détruire les kystes de coccidie du coup, que peut-on utiliser? Notre recommandation aujourd’hui : la vapeur d’eau surchauffée. Des températures supérieures à +70 °C entraîneront en effet la rupture des kystes de coccidie. Et l’eau qui sort de beaucoup de ces nettoyants vapeur est souvent aux alentours de +220 °C. Par ailleurs, ce type de traitement sera également efficace sur les autres kystes de protozoaires, comme Giardia et Cryptosporidium. 

 

#8 Courettes, cages, gamelles et autres ustensiles devront être désinfectés à la vapeur. En fait, cette procédure devra s’appliquer sur tout ce qui a été souillé par de la matière organique. 

 

#9 Les infections se retrouvent souvent dans les chenils ou chatteries où les animaux sont tous mélangés. La solution ? SECTORISER ! Ne mélangez pas tous vos animaux et essayez de les séparer en fonction de leur stade physiologique. Ceci est  important pour les chiots et chatons au sevrage en particulier.

 

#10 Il est important d’avoir des mesures en place pour lutter contre les insectes. En effet, mouches et blattes peuvent servir de vecteurs mécaniques aux ookystes. Même chose pour les rongeurs : chiens et chats peuvent en effet s’infecter via l’ingestion d’ookystes sporulés, mais aussi par la consommation d’ hôtes intermédiaires comme les rongeurs. 

 

#11 Les kystes de coccidie sont résistants dans l’environnement… ce qui veut dire que le pelage de nos chiens et chats peut aussi en transporter. C’est effectivement là une source potentielle de recontamination ! Dans les chenils infectés, faire prendre un bain une fois par semaine aux chiens est une mesure que nous recommandons souvent pour éliminer ces kystes mécaniquement. En chatterie, la même chose peut être tentée… si tant est que les chats souhaitent bien coopérer !  

 

#12 Une mesure très utile en termes de prévention : monitorer la circulation des parasites dans votre structure ! Une ou deux fois par an, avec l’aide de votre vétérinaire, faites réaliser des analyses fécales poolées (= des selles de différents individus - chiots/chatons ; adultes ; femelles restantes - sont recoltées, mélangées et analysées). Les résultats aideront votre vétérinaire à décider s’il y a besoin de revisiter ou non votre protocole de vermifugation. 

 

 #13 Comme vous le savez, nous ne discutons pas traitements médicaux dans nos blogs (ce sont là des informations que je ne peux partager que directement avec votre vétérinaire). Cependant il y a une chose que vous devez savoir : la coccidiose requiert un traitement SPECIFIQUE. Les vermifuges classiques seront inefficaces. 

"On gagne toujours à investir dans le savoir.“ Benjamin Franklin. Si ce post vous a plu, partagez-le ! Cela permettra de diffuser l’information au sein de notre communauté PRO! Et restez en contact avec nous pour recevoir toutes nos dernières publications. Pour cela il suffit de cliquer sur une des icônes ci-dessous !

Vues : 654

Commenter

Vous devez être membre de Club Éleveurs pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Club Éleveurs

Évènements

KNOWLEDGE PORTAL

© 2019   Créé par Royal Canin Canada   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation