Congrès 2014 de la SFT : ce qu’il me semble indispensable de partager avec vous (Part II)

Comme promis voici la deuxième partie de mon blog au sujet de ce que j’ai appris au meeting de la SFT qui se tenait à Portland, OR (si vous avez manqué la première partie, c’est ici). Laissez-moi vous dire que c’était un meeting très riche en information, et cette deuxième journée, qui semblait très intéressante sur le papier, ne m’a absolument pas déçu. Ci-dessous un résumé des 3 présentations qui ont été pour moi les plus intéressantes, et qu’il me semble pour le coup important de partager avec vous !

 

TCI vs insémination chirurgicale : enfin !

 

#1: La première présentation de la journée était très attendue, car elle offrait une comparaison de la TCI (pour Trans Cervical Insémination ou insémination intra-utérine sous endoscopie) vs l’insémination chirurgicale lors d’utilisation de semence congelée chez la chienne (plus d’infos sur ces deux techniques dans notre précédent post ici ). Cette étude est particulièrement intéressante car c’est la première du genre et nous attendions tous cela depuis très longtemps ! Résultats : sur 118 inséminations en semence congelée (40 via chirurgie et 78 via TCI), 65% des chiennes ont été gestantes suite au TCI vs 45% lors d’insémination chirurgicale. Conclusion des auteurs : quand cette technique est disponible, le TCI était la meilleure option pour l’insémination en semence congelée dans l’espèce canine.

 

Ocytocine et comportement maternel

 

#2: J’ai assisté à une presentation intéressante sur le comportement maternel de la chienne. D’un point de vue hormonal celui-ci est médié principalement par la prolactine et l’ocytocine. Et fréquemment, l’on rapporte des problèmes d’attachement aux chiots chez la chienne, notamment suite à une césarienne. Aujourd’hui face à ces problèmes nous sommes souvent un peu dépourvus d’un point de vue thérapeutique, et les principales options se limitent à surveiller la chienne ou la restreindre physiquement. Les résultats présentés ici montraient qu’une injection intranasale d’ocytocine toutes les 2 heures après la césarienne amélioraient le comportement maternel (certainement suite à l’augmentation de la concentration d’ocytocine au niveau du cerveau de l’animal). Un comportement maternel « normal » était généralement obtenu 12 à 24h après le début du traitement.  Cette présentation a généré de nombreuses discussions, notamment bequcoup voulaient savoir si une telle alternative pouvait être utilisée sur toutes les chiennes présentant ce genre de déficit comportemental (sans nécessairement avoir eu une césarienne). Malheureusement les données sont pour l’instant limitées et ces résultats peuvent être questionnés sur de nombreux points. Restons optimistes cependant : ils nous offrent néanmoins une alternative thérapeutique qui, sur les bases de l’expérience clinique du conférencier, peut s’avérer dans bien des cas utile. 

Biopsies utérines, des outils diagnostiques importants

#3: Les biopsies utérines chez la chienne sont maintenant considérées comme une part essentielle dans le diagnostic des causes d’infertilité. Celles-ci peuvent être prélevées au cours d’une chirurgie ou également via l’utilisation de l’endoscopie (pour le coup une procédure non invasive). Depuis que les auteurs ont systématisé cette approche sur les chiennes présentées pour infertilité d’origine indéterminée, ils ont pu mettre en évidence à quel point ces affections sont fréquentes (une étude publiée en début d’année montrait que 44% des chiennes présentaient pour problèmes de fertilité souffraient en fait d’endométrites, une inflammation de l’utérus qui généralement passe totalement inaperçue à l’échographie). Certaines de ces maladies ne sont cependant pas encore bien comprises : ils ont notamment décrit une affection désignée sous le terme d’ « inadéquation endocrinienne », où en fait l’aspect de l’endométrium (= partie interne de l’utérus) est totalement différente de ce que l’on pourrait attendre au stade du cycle où la biopsie a été réalisée. Cela expliquerait du coup l’infertilité observée, mais aujourd’hui encore, cette affection n’est pas bien comprise et on ne sait pas encore comment l’approcher ni la traiter.

Pour résumer mon expérience au congrès 2014 de la SFT : très bon meeting où j’ai découvert de nouvelles techniques qui seront certainement très utiles sur le terrain! C’est là toute la beauté de la science, on n’arrête jamais d’apprendre ! N’oubliez pas que j’ai posté plusieurs notes et des photos des présentations auxquelles j’ai assistées, si vous voulez y jeter un coup d’œil, rendez-vous sur Twitter et cherchez le hashtag #SFT2014!

"On gagne toujours à investir dans le savoir.“ Benjamin Franklin. Si ce post vous a plu, partagez-le ! Cela permettra de diffuser l’information au sein de notre communauté PRO! Et restez en contact avec nous pour recevoir toutes nos dernières publications. Pour cela il suffit de cliquer sur une des icônes ci-dessous !

Vues : 207

Commenter

Vous devez être membre de Club Éleveurs pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Club Éleveurs

Évènements

KNOWLEDGE PORTAL

© 2019   Créé par Royal Canin Canada   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation