J’ai reçu une question aujourd’hui sur un cas d’infertilité en reproduction canine… ce qui m’a fait réaliser que je n’ai pas vraiment de blog sur le sujet ! Comment se fait-ce ? En tant que spécialiste en reproduction, voilà quelque chose auquel il fallait rapidement remédier. Et c’est désormais chose faite !

Petit rappel rapide : s’il y a une chose sur laquelle tous les spécialistes en reproduction canine s’accordent, c’est que la cause #1 d’infertilité dans l’espèce canine reste, de très loin, la mauvaise détermination du moment de la saillie.

C’est la raison pour laquelle les tests de progestérone restent recommandés pour déterminer le jour de l’ovulation et ainsi le meilleur moment de mise à la reproduction. 

Plus d'informations sur les suivis de chaleurs ici

Cependant, imaginez la situation suivante : vous avez fait un suivi de chaleurs, utilisé un mâle que vous savez fertile car il a produit des chiots récemment, la chienne est en parfaite santé et présente un état corporel optimal… et pourtant malgré tous vos efforts et ceux de votre vétérinaire, vous n’avez toujours pas réussi à avoir une portée avec elle… 

C’est là le type de cas qu’on me soumet presque au quotidien. Ces cas sont sans nul doute complexes, et représentent ces mystères auxquels nous cherchons toujours à apporter des réponses. 

Soyons honnêtes : là encore, la liste des causes potentielles pourrait rapidement s’allonger.

Les maladies infectieuses sont bien évidemment toujours quelque chose à considérer. Je pense notamment à une maladie en particulier appelée brucellose canine que vous devez à mon sens impérativement connaître si vous élevez ( plus d’informations dans ce blog ) 

Je suis un grand fan de l’échographie et pense que l’aspect des ovaires et de l’utérus de chaque chienne infertile devrait être évalué. Les maladies utérines sont en effet une cause fréquente d’infertilité chez la chienne, et pour certaines, le seul réel signe clinique qui sera détecté sera… l’infertilité (voir notre précédent webinar sur la sujet).

Comme vous pouvez le voir, les causes potentielles sont nombreuses.

Cependant, vous savez ce que j’entends et vois souvent sur le terrain ? Ou que je lis régulièrement sur les forums Facebook ?

“ La chienne est infertile : c’est FORCÉMENT une infection bactérienne. De quel antibiotique ai-je besoin ? ».

Je reste convaincu que ce n’est pas la meilleure approche à adopter ici. 

Comprenons-nous bien : les infections bactériennes peuvent cause de l’infertilité, je ne remets pas ça en question.

Cependant, dans mon expérience, celles-ci viennent généralement avec des signes cliniques : des vaginites qui peuvent être détectées via frottis ou encore mieux aujourd’hui, via l’endoscopie vaginale ; des pertes vulvaires…

Dans un monde où le mot antibiorésistance est sur toutes les lèvres, nous nous devons d’être respectueux de l’usage que nous faisons des antibiotiques. 

Et une chose que je peux vous dire avec certitude : en matière de fertilité, ces molécules ne sont PAS la solution à tous les problèmes.

Depuis 2009, nous parlons beaucoup d’une maladie appelée endométrite, une inflammation de l’utérus qui peut impacter la fertilité. Une particularité des endométrites est qu’elles ne sont pas détectables via les techniques classiques d’échographie. Certaines études ont déjà montré que près de 40% des chiennes de reproduction pourraient présenter ce problème. 

Plus d’information sur les endométrites canines ici

L’endométrite est une inflammation, mais la question reste posée : qu’est-ce qui cause celle-ci ? À dire vrai, une infection bactérienne est souvent la première chose qui nous vient à l’esprit. 

Cette étude d’Argentine présentée dans la diapositive ci-dessus s’est penchée sur la question. Ils ont pratiqué des biopsies utérines sur 56 chiennes lors de stérilisations de routine. Pour chaque chienne, ils ont également fait un prélèvement dans l’utérus durant la chirurgie pour pouvoir faire une analyse bactériologique.

Ils ont diagnostiqué une endométrite chez 33 chiennes (ce qui nous confirme que le problème n’est clairement pas si rare dans la population canine). Mais la partie la plus intéressante à mon avis : ils n’ont réussi à faire pousser des bactéries à partir des prélèvements effectués...  que dans un cas. Un seul ! 

Leurs conclusions : les endométrites sont fréquentes, et encore plus important à mon sens, “ les causes bactériennes ne semblent pas jouer un rôle dans leur développement. »

Il ne semble pas qu’il s’agisse d’un problème bactérien. Pour le coup, utiliser des antibiotiques ici sera inutile. 

Et je pense que la question que tout le monde se pose désormais est la suivante : “ Très bien, on sait que l’endométrite est une cause fréquente d’infertilité. Comment peut-on la traiter ? ».

La réponse dans mon prochain blog pour le coup. À bientôt !

"On gagne toujours à investir dans le savoir.“ Benjamin Franklin. Si ce post vous a plu, partagez-le ! Cela permettra de diffuser l’information au sein de notre communauté PRO! Et restez en contact avec nous pour recevoir toutes nos dernières publications. Pour cela il suffit de cliquer sur une des icônes ci-dessous !

Vues : 145

Commenter

Vous devez être membre de Club Éleveurs pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Club Éleveurs

Évènements

août 2019
DLMMJVS
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
       

KNOWLEDGE PORTAL

© 2019   Créé par Royal Canin Canada   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation