Imaginons un instant la situation suivante:

 

> Dans vos chenils, tous les animaux sont correctement vaccinés contre la parvo (rappelez-vous, c’est là la meilleure protection contre cette maladie !).

 

> Vous utilisez un protocole de nettoyage et désinfection adapté à ce problème. Et vous êtes au top en ce qui concerne la maîtrise des déplacements au sein de votre structure.

 

> Vous avez érigé autour de chez vous un immense mur qui empêche toute forme de vie avoisinante de s’approcher de trop près.

 

> Vous ne sortez jamais. Et ne laissez personne entrer.

 

Bon je suis d’accord, plutôt difficie à réaliser dans la vraie vie mais imaginons un instant que c’est possible. 

 

Que penseriez-vous si je vous disais que malgré toutes ces précautions, vous pourriez éventuellement avoir de la parvo dans votre élevage ?

Il y a de quoi avoir un peu peur, pas vrai ? Malheureusement, c’est bien là une réalité. Et je pense qu’il est important que vous en soyez conscient.

 

C’est ce qui est discuté dans l’abstract ci-dessus. Ils souhaitaient déterminer si les chiennes vaccinées pouvaient excréter du parvovirus entre la saillie et la fin de la lactation et ainsi être une source d’infection dans les chenils d’élevage.

 

Je vous passerai les détails : la réponse est OUI. Une forte charge virale a été détectée dans les selles de certaines de ces chiennes durant la lactation. Et plus tard on se situait dans la lactation, plus cette charge était élevée.

 

Dans cette étude, aucune de ces chiennes n’a développé de signes cliniques de parvovirose (certainement car elles étaient toutes correctement vaccinées) mais le fait est qu’elles propagaient la maladie de façon active, indiquant de façon claire qu’elles pouvaient participer à la circulation du virus au sein des élevages canins.

 

Il y a quand même une note positive à tout ça : l’étude a également suivi les chiots de ces femelles. Et même si à un certain moment, près de 76% d’entre eux excrétaient également le virus, seuls 14% ont durant l’étude présenter de la diarrhée. La plupart sont restés asymptomatiques. Et le taux de mortalité des chiots dans cette étude n’a été que de 3%. Les chiots étaient certainement protégés par l’immunité qu’ils avaient reçue à la naissance via le colostrum de leur mère.

 

Point à Retenir: Le risqué lié à la parvo doit TOUJOURS être pris en compte en élevage canin, en particulier pour les chiots au sevrage. Des études précédentes ont démontré que la circulation du virus en élevage ne se solde pas toujours par cette diarrhée hémorragique que l’on craint tant, mais qu’elle peut quand même causer des diarrhées modérées chez les chiots (plus dans ce blog ici).

 

Il est par conséquent toujours important de rester sur ses gardes et de maintenir un protocole d’hygiène optimal pour prévenir cette maladie en élevage : l’utilisation correcte d’un désinfectant adapté dans la maternité / nurserie sera bien évidemment ici un élément clé. Et ce même si vous n’autorisez personne de l’extérieur à visiter votre chenil durant cette période.

 

Dans votre boîte à outil d’éleveur, il est donc important de toujours avoir ce qu’il faut pour maintenir une hygiène impeccable contre la parvo.

 

Plus d’informations sur les mesures qui peuvent être prises ici

"On gagne toujours à investir dans le savoir.“ Benjamin Franklin. Si ce post vous a plu, partagez-le ! Cela permettra de diffuser l’information au sein de notre communauté PRO! Et restez en contact avec nous pour recevoir toutes nos dernières publications. Pour cela il suffit de cliquer sur une des icônes ci-dessous !

Vues : 121

Commenter

Vous devez être membre de Club Éleveurs pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Club Éleveurs

Évènements

KNOWLEDGE PORTAL

© 2019   Créé par Royal Canin Canada   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation